Honoré: jouir, jouir de la vie

Posté le 04/06/2017

Il est des slogans qui résonnent curieusement en ces temps de macronisme, de transformation du paysage politique, de société en crise. "Prenez vos désirs pour des réalités". "Jouir sans entraves". "Soyez réalistes demandez l'impossible". On se serait presque crus revenus à l'après-Mai 68. Quand tout était possible. Mais non. 

Un dessin de Honoré, l'artiste-dessinateur victime à Charlie de la folie des hommes le 7 janvier 2015 avec nos autres amis, se retrouve depuis une semaine placardé en douce sur une série de murs du XVIIème arrondissement de Paris, son arrondissement. Il prouve à nouveau, s'il en était encore besoin, que son oeuvre perdurera et ne disparaîtra pas. En tout cas, il était grand - et pas seulement par la taille. Nous avons parfois travaillé ensemble sur mes enquêtes, et le résultat éclatait dans le journal. 

Le dessin qui se retrouve sur les murs de Paris avait été publié dans Charlie, aux côtés de la chronique ciné de Michel Boujut. Honoré a accolé les slogans de Mai 68 à l'image du film "La maman et la putain", de Jean Eustache, probablement à l'occasion de l'une des rares diffusions du film, à la fin des années 1990. La chronique ciné était en fait double dans le Charlie de l'époque: un papier de Boujut, un dessin de Honoré. 

Grande idée que de le ressortir en affiche. L'expédition a été menée à 6 heures du matin, dans la plus grande discrétion. Honoré continuera ainsi à habiter son quartier. Quant à ses dessins, on peut par exemple les retrouver dans une Petite anthologie du dessin politique (La Martinière) sortie en 2016. 

Un grand merci pour tout à Hélène H, évidemment!

 

Honore 1

 

Honore 2

 

Honore 3